Catégories
Actualités

La Géorgie polarisée entre l’Europe et la Russie

Depuis le 14 décembre 2023, la Géorgie a officiellement reçu le statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne. Cette décision du Conseil européen peut surprendre, car l’ancienne République socialiste soviétique de Géorgie située entre la Russie et la Turquie est dépourvue de continuité territoriale avec l’Union. Cependant, elle reflète la volonté politique du pays, exprimé par les élus et la société civile depuis plusieurs décennies, de se défaire de la Russie, de son influence en se rapprochant de l’Europe.

Or, le pays est depuis quelques mois touché par une fracture profonde entre un gouvernement qui revient sur ses positions géopolitiques en matière de rapprochement politique avec l’Europe et une grande vague d’opposition populaire face à ce revirement idéologique qui s’oppose fermement à l’influence russe qui ressurgit.

Comment expliquer ce changement de cap de la part du gouvernement géorgien qui va à l’encontre de la demande de la société et de la Présidente elle-même, quels sont les intérêts pour l’Europe à soutenir la candidature européenne de la Géorgie et peut-elle espérer former une « exclave » insérée dans l’espace russe, tout comme la Russie utilise celle de Kaliningrad ?

Un pouvoir politique qui fait volte-face sur ses ambitions pro-européennes

  • Un parti élu sur la base d’un programme social et d’un rapprochement avec l’Europe

Les aspirations profondes des Géorgiens ont conduit Tbilissi à mener, dès les années 1990, une politique étrangère destinée à se rapprocher de l’UE et de l’OTAN, qui s’est traduite par de nombreuses réformes encouragées par les Occidentaux concernant par exemple le système électoral, la liberté des médias ou encore l’indépendance de la Justice. C’est dans cette continuité idéologique que le parti Rêve géorgien reste au pouvoir depuis 2012, en déclarant à ses débuts être favorable à un rapprochement avec l’Occident, l’OTAN et l’Union européenne. Cela a ainsi conduit à rendre l’armée géorgienne conforme aux standards de l’OTAN et, par exemple, à envoyer des troupes dans le cadre d’une mission de conseil technique militaire européenne en République centrafricaine en 2016.  (i)

  • Le revirement autoritaire et pro-russe du parti Rêve géorgien

De façon très nette au cours des deux dernières années, la politique du gouvernement actuel est en opposition avec ses promesses en marquant un éloignement avec l’Occident et en se rapprochant avec Moscou, ce qui a provoqué une succession de crises politiques intérieures majeures. La politique étrangère actuelle du gouvernement géorgien représente un tournant radical dans l’histoire récente du pays. Au premier plan de ce revirement politique se trouve Bidzina Ivanichvili, le président de Rêve géorgien, de facto très influent sur la politique du pays, qui est accusé de vouloir ramener le pays dans le giron russe. Face au Parlement, il a défendu avec fougue le projet de loi pro-russe récemment adopté par le gouvernement géorgien. Bidzina Ivanichvili tenait aux premières années du pouvoir de son parti un discours pro-européen, il avait notamment obtenu la nationalité française en 2010, et avait été décoré de la Légion d’honneur en 2021. Il a cependant depuis quelques mois révélé publiquement sa sympathie pour la Russie et sa méfiance à l’encontre de l’Occident. Il n’a par ailleurs jamais condamné l’invasion russe de l’Ukraine, son propre pays ayant pourtant été lui-même envahi par la Russie lors de la guerre d’août 2008.

Ivanichvili a récemment affirmé que l’Occident a fabriqué la Révolution des Roses (révolution pacifique en Géorgie en 2003) pour opposer la Géorgie à la Russie, et que l’Europe et les États-Unis constituent un “parti de la guerre mondiale” qui aurait déclenché la guerre en Ukraine avec l’intention d’y entraîner la Géorgie. (i)

Bidizina Ivanichvili (au centre) en compagnie du premier ministre Kobakhidzé (à droite) lors d’un meeting à Tbilissi le 29 avril 2024. (VANO SHLAMOV / AFP)
  • La présidente franco-géorgienne en opposition avec son gouvernement

En novembre 2018, l’ancienne ambassadrice de France en Géorgie Salomé Zourabichvili, soutenue par le parti au pouvoir Rêve géorgien et donc Bidzina Ivanichvili, a été élue avec une large majorité et investie première femme présidente de Géorgie. “Le but de ma présidence sera de rendre le développement démocratique de la Géorgie et son chemin vers l’Europe irréversibles”, a-t-elle déclaré lors de son discours d’investiture.  

Elle se retrouve cependant aujourd’hui en contradiction avec la nouvelle position idéologique du parti au pouvoir. Depuis février 2022 et le début de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine, l’ancienne diplomate française a affiché son soutien à Kiev et a dénoncé les prises de position du gouvernement géorgien, notamment au sujet du rapprochement avec Moscou. Elle a plaidé en faveur de la candidature de la Géorgie au sein de l’UE ce qui a fortement déplu au pouvoir géorgien qui a entamé une procédure de destitution contre elle pour violation de la Constitution, procédure qui a échouée à 14 voix près. Depuis un an et demi, Salomé Zourabichvili a contribué à alerter le monde sur les risques associés à ce tournant historique en cours dans son pays. Mais c’est une voix qui peine à se faire entendre, car elle ne détient en réalité que peu de pouvoirs dans le régime parlementaire géorgien contrôlé par le parti Rêve géorgien. (i)

La présidente géorgienne, Salomé Zourabichvili, à Tbilissi, le 16 mai 2024. (SHAKH AIVAZOV / AP)

L’influence russe sur le pouvoir politique qui s’oppose à la vision européaniste.

  • La loi pro-russe largement contestée adoptée par le gouvernement

L’évènement qui vient bouleverser la situation politique de la Géorgie est l’adoption de la loi sur “l’influence étrangère” le 14 mai dernier malgré des manifestations d’ampleur contre ce texte qui, selon ses détracteurs, détourne ce pays du Caucase de l’Europe pour l’attirer dans l’orbite de Moscou. La législation contestée exigerait que les médias et les organisations à but non lucratif s’enregistrent comme “poursuivant les intérêts d’une puissance étrangère” s’ils reçoivent plus de 20 % de leurs fonds de l’étranger, une disposition qui, selon les critiques, serait exploitée pour cibler et museler les voix indépendantes. Proposée puis retirée l’année dernière par le parti au pouvoirune version presque identique de la loi a été déposée à nouveau, suscitant encore plus de protestations. Cette loi controversée a été surnommée “loi russe”, car elle présente des similitudes avec un projet de loi introduit par le Kremlin il y a dix ans pour faire taire les voix critiques dans tout le pays. (i)

Les protestations populaires sont ainsi massives dans la rue sachant que la large majorité des 3,7 millions d’habitants aspirent à rejoindre l’UE et l’adoption de cette loi est vivement critiquée par l’UE qui voit le pays s’éloigner d’une future adhésion.  

https://fr.euronews.com/my-europe/2024/04/17/lue-exhorte-le-gouvernement-georgien-a-ne-pas-adopter-sa-loi-sur-linfluence-etrangere

Cette loi est contestée par la présidente elle-même, Salomé Zourabichvili, qui a posé son veto. Il s’agit cependant d’un veto hautement symbolique de la présidente pro-européenne, car la loi a eu assez de voix au Parlement pour passer outre.

  • Une pression exercée sur les territoires géorgiens occupés

Dans la compréhension du contexte de tension actuel dans la sphère politique et sociale de la Géorgie, il faut prendre en considération que 20 % du territoire internationalement reconnu de la Géorgie est sous occupation militaire russe –  l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. La Russie n’autorise d’ailleurs pas les observateurs de l’EUMM (Mission d’observation de l’Union européenne) à entrer dans ces régions. Des rumeurs circulent depuis longtemps selon lesquelles la Russie et la Géorgie pourraient éventuellement parvenir à une sorte d’accord si la Géorgie renonçait à ses aspirations euro-atlantiques en échange d’une reprise en main de ses territoires perdus.

Le Premier ministre géorgien Irakli Kobakhidze, a réaffirmé, dans un discours prononcé à l’occasion du Jour de l’indépendance du pays le 26 mai dernier, son désir de restituer l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud à la Géorgie.

“Notre rêve géorgien est de vivre dans une Géorgie unie et forte d’ici 2030 avec nos frères et sœurs abkhazes et ossètes”, a-t-il écrit.

  • Les conséquences de de la guerre russo-ukrainienne sur la situation géorgienne et la coopération scientifique

Au cours des deux dernières années, des centaines de milliers de Géorgiens sont descendus dans la rue en signe de solidarité lors de manifestations dirigées autant contre leur propre gouvernement que contre Moscou. En effet la majorité de la population géorgienne constitue un soutien infaillible aux Ukrainiens avec lesquels ils partagent le malheur d’avoir vu un cinquième du territoire de leur pays arraché par l’armée russe en 2008. En ce sens, une grande partie de la société géorgienne est en totale opposition avec la trajectoire politique du pouvoir qui a fait de la Géorgie une plateforme de contournement des sanctions contre Moscou. (i)

Un manifestant brandit les drapeaux géorgien, ukrainien et européen lors d’une manifestation organisée par l’opposition géorgienne et des groupes de la société civile devant le Parlement géorgien à Tbilissi, le 8 mars 2023. (VANO SHLAMOV / AFP)

Dans le cadre de la coopération scientifique française, la Géorgie est également perçue comme un lieu pertinent pour redéployer une partie des chantiers portant sur les terrains de l’Europe orientale. La possibilité d’ouvrir à Tbilissi une antenne de l’UMIFRE (Unité mixte de recherche à l’étranger) « Institut français de recherche sur l’Europe orientale, le Caucase et l’Asie du Nord », qui doit s’installer prochainement à Varsovie, est en cours de discussion. Néanmoins, ces initiatives françaises dépendront aussi des évolutions politiques en cours. 

  • La peur d’un second front après l’Ukraine

Un élément constant du discours du parti Rêve géorgien depuis son arrivée au pouvoir il y a douze ans a toujours été de maintenir la Géorgie hors de la guerre, contrairement à la position du parti précédent. Cette a été rappelée par le premier ministre géorgien qui nourrit un ressenti anti-européen en déclarant tout comme Bidzina Ivanichvili qu’il existe dans le monde un « parti de la guerre mondiale » qui tente d’utiliser la Géorgie pour ouvrir un deuxième front contre la Russie. (i)

Dans le cas où Tbilissi continuerait à renoncer à ses efforts de rapprochement avec l’Occident, Moscou remporterait une victoire politique en Géorgie et un succès dans son combat contre l’Occident, qui compenserait en partie les revers militaires subis en Ukraine, du moins en termes d’image. À l’extérieur, cela montrerait aux ex-républiques soviétiques à quel point il est imprudent de tenter d’échapper à l’influence russe. Par e biais, cela aiderait Moscou à préserver son rôle privilégiée dans son un espace post-soviétique qu’elle continue de considérer comme sa zone d’influence directe.

Cette crise politique renvoie par certains aspects aux tensions qui ont précédé la révolution de Maidan, en 2014, qui a renversé ceux qui renonçaient à rapprocher Kiev de l’Europe. L’UE manque cependant de leviers pour peser sur la situation en Géorgie, sinon d’être une source d’inspiration et d’espoir pour les manifestants de Tbilissi. (i)

Conclusion

En multipliant les déclarations et gestes provocateurs envers les partenaires occidentaux du pays, le gouvernement Kobakhidze  a pris le risque d’obtenir que le Conseil européen retire à la Géorgie le statut de pays « candidat » à l’UE octroyé en décembre 2023. C’est notamment la loi sur les influences étrangères, adoptée par le Parlement géorgien le 14 mai, malgré des semaines de manifestations quasi-quotidiennes, qui continue de susciter une polarisation dans la société géorgienne, se désolidarisant de son gouvernement par peur de la trajectoire anti-européenne du pays.

Les tensions en Géorgie risquent de se poursuivre en raison des prochaines élections parlementaires prévues en octobre 2024, qui représenteront un réel défi pour le parti Rêve géorgien, au pouvoir depuis 2012. Dans un contexte de profondes divisions politiques, un cadre institutionnel peu favorable à un processus électoral équitable, le retour récent d’Ivanishvili dans la vie politique et les restrictions imposés à la liberté de la presse et de manifestation, il est certain que les prochains mois seront cruciaux pour l’évolution du pays. Cette situation politique compliquée pourrait freiner les négociations d’adhésion de la Géorgie à l’Union européenne avec le jeu politique ambigu du gouvernement entre Bruxelles et Moscou.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dorian Ferrer (24 juin 2024). La Géorgie polarisée entre l’Europe et la Russie. Geopolitica. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vnu


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search